NÉE AU BRÉSIL

La cachaça est née au Brésil au 16e siècle des mains des esclaves qui n’avaient que la liberté de boire pour oublier leur condition.

DES MAINS DES ESCLAVES

Dans sa version primitive, la cachaça doit son existence aux esclaves des plantations qui pressaient la canne à sucre pour en recueillir le jus. Ils faisaient ensuite bouillir ce dernier pour empêcher la prolifération des bactéries présentes dans la canne à sucre.

Plus tard, les colonisateurs portugais s’inspireront de ce principe pour parvenir à la cachaça. Au début, ils se contentèrent de fermenter le jus de canne à sucre frais, puis ils eurent l’idée de le distiller obtenant ainsi un alcool plus fort, titrant 40°.

Bien qu’il n’y ait aucune trace précise de l’endroit même de la première distillation de cachaça, on peut toutefois la situer sur le littoral brésilien le plus oriental, entre 1516 et 1532.

AU FIL DU TEMPS

Cette longue histoire fait de la cachaça le premier alcool d’Amérique latine, avant même l’apparition du pisco péruvien, de la tequila mexicaine ou du rhum des Caraïbes.

Dans les premiers temps, la cachaça était considérée comme un alcool bas de gamme, un rhum populaire réservé aux classes moyennes et pauvres de la société.

Depuis quelques années, elle est devenue une boisson très respectable, grâce aux efforts de nombreux producteurs afin d’en améliorer la qualité.

Chez TIJUCA nous sommes fiers de perpétuer cet héritage et de participer au renouveau de la cachaça.